samedi 17 septembre 2016

Le Québec indépendant, république ou royaume?

On prend souvent pour acquis que le Québec indépendant serait une république. Moi-même, j'aime beaucoup mieux l'idée de la république, qui consiste à donner la souveraineté à la Nation.

Mais, dans les faits, ce qu'on veut vraiment, c'est une démocratie. La souveraineté de la Nation, ce n'est qu'un principe, et bon nombre de républiques sont en fait des dictatures dont le président, bien qu'agissant au nom de la nation, ne pense qu'à lui-même et à sa gang. Comme je le dis bien souvent, je préférerais de loin être sujet du roi de Suède qu'être citoyen de la République haïtienne... Pas vous?

Dans les faits, établir une république québécoise amènerait son lot de problèmes, dont certains qu'un royaume du Québec n'aurait pas à affronter. Premièrement, tous ces immigrants qui prêtent serment à Sa Majesté Élisabeth II, ses héritiers et successeurs, pourraient devenir citoyens du Québec sans se sentir parjures, ce qui est très important pour bon nombre d'entre eux. Les anglophones du Québec seraient aussi symboliquement rassurés de rester sous la protection de la reine (ou du roi qui pourrait bien lui succéder très bientôt). Finalement, bien des Premières Nations considèrent que les traités qu'ils ont signés l'ont été, presque de manière personnelle, avec la reine ou le roi du Royaume-Uni, puis du Canada; ce serait un blocage de moins à faire sauter.

La démocratie, quant à elle, ne ressort pas du fait de vivre en république ou en royaume, mais bien de la conscience politique des habitants du pays et du détail des mécanismes électoraux. Nombre de pays européens sont des royaumes et ne s'en portent pas plus mal, bien au contraire, souvent.

En fait, le seul argument que l'on pourrait opposer au fait de devenir un royaume supplémentaire pour la reine ou le roi du Royaume-Uni est d'ordre symbolique: c'est au nom de ce royaume que nous avons été conquis, c'est au nom de ce royaume que les Patriotes ont été pendus, c'est au nom de ce monarque que le Canada nous traite en minorité depuis bientôt 150 ans et qu'on veut nous assimiler depuis 250 ans. Mais, dans les faits et au XXIe siècle, notre sujétion envers la reine ne va guère plus loin que de voir son visage sur nos billets de banque, nos pièces de monnaie et nos timbres-poste, et de la recevoir tous les cinq ou dix ans. D'un autre côté, garder ce lien rassurerait bien des gens qui, autrement, nous seraient farouchement opposés. N'est-ce pas une concession à considérer?

Et rien n'empêche de devenir une république dans les décennies à venir.


Le drapeau est celui du lieutenant-gouverneur du Québec est est publié sous la licence CC BY-SA 2.0. On peut trouver les noms de ses auteurs ici.

vendredi 2 septembre 2016

Suite aux réflexions à M. Bock-Côté

Dans mon billet d'avant-hier, j'ai oublié deux choses — ce sont des billets de blogue, après tout, pas des livres rédigés, relus et édités.

9. La constitution de l'Union européenne
M. Bock-Côté affirme que la constitution de l'Union européenne est la première à ne faire aucune mention du peuple qu'elle gouverne et de son histoire, qu'elle est la première à avoir pour ambition d'être universelle. C'est faux.

Si l'on excepte les multiples constitutions de la France révolutionnaire, que leurs auteurs voulaient tellement universelles qu'ils ont tenté de conquérir l'Europe entière pour l'y imposer, j'aimerais bien qu'on me dise où la constitution des États-Unis s'inscrit dans un projet national particulier. On n'y parle que de droits donnés par le Créateur à tous les hommes, de liberté et des moyens de garantir cette liberté. À part la section sur l'institution particulière qu'était l'esclavage, répandu uniquement dans certains des États fondateurs, donc source d'un déséquilibre politique, rien de tout cela n'est vraiment américain. D'ailleurs, ce projet a inspiré nombre d'autres constitutions un peu partout au monde.

10. Les racines chrétiennes de l'Europe
Comme bien des penseurs de droite, M. Bock-Côté s'insurge contre le fait qu'on ait volontairement décidé de passer sous silence, dans la constitution européenne, son origine chrétienne. Je me demande bien pourquoi. Loin de moi l'idée d'affirmer que la civilisation européenne n'a pas de racines chrétiennes, mais cette question est une question d'historiens, de philosophes et de sociologues, pas de politiciens et de juristes. Une maxime juridique affirme que le législateur — et à plus forte raison le constituant — ne parle pas pour ne rien dire. Dans cette optique, poser les racines chrétienne de l'Europe revient à dire que le christianisme doit continuer à éclairer le projet européen, la législation européenne, la vie européenne. Certains pourraient même en arriver à conclure que les interprètes officiels du christianisme, soit les diverses Églises, catholique, orthodoxe et protestantes, devraient par conséquent jouer un rôle de premier plan dans l'élaboration des politiques européennes et que la Bible devrait inspirer les législateurs de manière prépondérante. Après près de deux siècles à lutter pour séparer l'Église de l'État, ce serait un sérieux recul, non?